Le soudage est à la fois difficile et amusant - Des femmes vous expliquent pourquoi

Le soudage est à la fois difficile et amusant - Des femmes vous expliquent pourquoi

This post is also available in: enEnglishfiSuomideDeutschplpolski

Le soudage fait appel à des qualités physiques et intellectuelles, il est plus léger et plus propre qu’on ne le pense. Trois soudeuses professionnelles (Ewa, Sanna et Diana) indiquent pourquoi le soudage les fascine tant.

Il y a plusieurs raisons de choisir le métier de soudeur. Trois jeunes femmes, Ewa Jacek de Pologne, Sanna Orava de Suède et Diane Bagautdinova de Russie, ont découvert le soudage par hasard, mais elles se sont tous laissées séduire par ce métier. 

Le domaine technique a retenu l’attention d’Ewa Jacek, 27 ans. Elle a commencé des études de mécanicienne d’aéronefs et a découvert le soudage lors d’un stage. Ewa exerce son métier depuis maintenant 10 ans, dont six ans en tant que soudeur structurel (135 MAG).  

« Pour moi, adolescente, un salaire assez élevé constituait l’un des principaux attraits de la soudure. Plus tard, lorsque j’ai en plus appris sur ce métier, j’ai été attirée par la complexité et la difficulté des procédés de soudage, pour enfin obtenir un joint quasiment parfait », précise Ewa. 

Diane Bagautdinova, 22 ans, a étudié la plomberie, la climatisation et la ventilation et prévoyait de devenir concepteur. En apprenant à souder dans le cadre de ses études, elle a découvert qu’elle faisait d’excellents cordons de soudure. Cela fait maintenant cinq ans qu’elle soude et son parcours de formation lui a permis de remporter le championnat WorldSkills à Moscou en 2018 et d’obtenir une place dans l’équipe nationale de soudage de Russie.

Pour Sanna Orava, 27 ans, l’intérêt pour le soudage a commencé dès sa découverte à l’école.    

« C’était tellement amusant de souder ! C’est pourquoi j’ai obtenu le certificat et j’ai commencé à travailler sur le terrain”, explique Sanna.  

© Sanna Orava

Remettre en question les stéréotypes du soudage

Ewa et Sanna ont toutes deux des comptes de réseaux sociaux sur le thème du soudage, qui leur ont permis d’entrer en contact avec d’autres professionnels du secteur.  

« J’étais ravie que les femmes puissent sortir du cadre imposé par la société. Je veux montrer qu’il n’y a pas d’emplois réservés aux hommes ou aux femmes, mais qu’il y a une personne qualifiée pour chaque emploi si l’emploi est adapté à ses capacités et à ses compétences », indique Ewa, elle ajoute également que dans l’histoire, pendant les phases d’industrialisation rapide, il y avait plus de femmes soudeuses qu’il n’y en a maintenant. Les stéréotypes sont forts, et l’univers « masculin » se montre souvent hermétique au début.  

« Cependant, le changement est en marche. Dans cette phase d’évolution agréable, les collègues masculins commencent à nous traiter d’égal à égal », poursuit Ewa.   

Sanna n’a dû subir aucun préjugé lié à son sexe. Parfois, sa petite taille a causé des difficultés, mais ses collègues étaient là pour l’aider. Diana, quant à elle, remercie ses professeurs et Kemppi Russie pour la formation qu’elle a reçue et qui lui a permis de s’initier aux détails de l’équipement et aux différentes techniques de soudage.

Ewa pratique la soudure avec des équipements Kemppi depuis quatre ans et se réjouit, entre autres, de leur polyvalence. Sanna a également développé de nettes préférences.  

 « J’apprécie particulièrement l’équipement de soudage de Kemppi », déclare Sanna.  

Nombreuses perspectives de carrière pour les soudeurs

Selon Ewa, une formation plus approfondie est nécessaire pour l’industrie du soudage, du moins en Pologne, si des soudeurs plus qualifiés sont nécessaires.

« Le procédé de soudage est complexe. De bons outils facilitent le soudage, mais ils ne vous aideront pas si vous ne comprenez pas le processus et ne savez pas ce que vous faites. »

La nature exigeante du soudage et les diverses méthodes fascinent les experts. Sanna veut toujours étendre ses domaines de compétences, et Diana a essayé différentes méthodes de soudage. Ewa a jusqu’à présent décidé d’approfondir son expertise dans le seul soudage 135 MAG.

Ewa envisage ensuite de se lancer dans l’ingénierie et d’obtenir une maîtrise. Elle a déjà été promue contrôleur qualité sur son lieu de travail. Elle a les qualifications d’inspection visuelle VT-1 et VT-2, et elle a l’intention de continuer comme soudeuse.

« Si vous souhaitez acquérir de solides connaissances et compétences en soudage, les opportunités professionnelles sont nombreuses. Par exemple, vous pouvez commencer dans la production et passer à autre chose, devenir entrepreneur ou enseignant. Il existe de nombreuses voies d’évolution dans ce secteur », Ewa encourage les nouveaux arrivants à se joindre à l’industrie.

« Oui, le soudage est difficile, mais c’est un travail bien payé et amusant. Il est possible de développer et d’acquérir beaucoup d’informations et de savoir-faire », ajoute Sanna.

EuroSkills est un concours de compétences professionnelles pour les jeunes jusqu’à l’âge de 25 ans. Des représentants sélectionnés de pays de toute l’Europe concourent pour le championnat d’Europe dans plus de 40 compétences lors de l’événement. Pour la première fois de l’histoire de cette compétition, EuroSkills sera organisé en Autriche du 22 au 26 septembre 2021. 

Découvrez le site de l’événement EuroSkills 2021 de Kemppi

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *